La médecine de précision : sommes-nous induits en erreur ?

Les médecins et les hôpitaux aiment parler des personnes atteintes d’un cancer qu’ils ont sauvées de même que les journalistes aiment à écrire à leur sujet. Mais les décès sont toujours beaucoup plus nombreux que les rares succès. « Il y a très peu de cas où nous pouvons regarder un test génomique, choisir un médicament sur les tablettes et  dire : « cela fonctionnera, » », a déclaré le Dr Nikhil Wagle, un spécialiste du cancer à Dana-Farber Cancer Institute à Boston qui a aidé à développer des tests de médecine de précision. « C’est notre objectif à long terme, mais en 2018 nous ne sommes pas encore là. » Il a eu un réel progrès, bien sûr. Le dépistage de mutations génétiques est devenu la norme dans le cancer du poumon, le mélanome et une poignée d’autres types de tumeurs. Les experts estiment que le nombre de personnes atteintes d’un cancer avancé et admissible pour ces approches est de seulement 8 % à 15 %. Et ces thérapies ciblées aident à peu près la moitié des patients qui les utilisent, de déclarer le Dr Vinay Prasad, professeur agrégé à l’Oregon Health and Science University. Certains experts, comme le Dr David Hyman du Memorial Sloan Kettering Cancer Center à New York, disent que ces tests devraient être disponibles à toutes les personnes atteintes d’un cancer avancé, parce que personne ne peut prédire quels patients auront des résultats les rendant éligibles à un traitement bénéfique. Lorsque les patients répondent à ces médicaments, ils ont tendance à bien s’en sortir, et certains survivent beaucoup plus longtemps que prévu.

https://www.nytimes.com/2018/09/11/opinion/cancer-genetic-testing-precision-medicine.html