L’ADN des neurones d’un nouveau-né influencé par… les câlins!

Une équipe de chercheurs américains du Salk Institute for Biological Studies de Californie a démontré, avec des souris, qu’il existe une corrélation inverse entre le degré d’attention porté aux nouveau-nés par la mère et l’apparition de mutations génétiques responsables du stress à l’âge adulte. Les résultats de cette étude, qui pourraient aussi s’appliquer aux humains. Il est connu que l’environnement agit sur la réplication de nos gènes et peut les modifier, produisant ainsi des mutations appelées épigénétiques. Les chercheurs ont découvert qu’au cours des premiers mois de la vie, soit jusqu’à approximativement l’âge d’un an, le comportement parental peut être un facteur environnemental qui modifie l’ADN des neurones de l’hippocampe. Ces dernières sont les cellules du cerveau situées dans zone qui joue un rôle clé dans les processus de mémorisation et de régulation du comportement.

http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/labo-journalisme-scientifique/2018/04/22/adn-neurones-nouveau-ne-influence-calins