Le CRISPR 2.0 est arrivé et il est beaucoup plus précis

Dans deux études, une de Nature et l’autre de Science, des chercheurs de Broad Institute of MIT et Harvard décrivent une nouvelle façon de modifier l’ADN et l’ARN. L’approche pourrait un jour traiter un éventail de maladies héréditaires, pour lesquelles il n’existe actuellement aucun traitement. Dans l’étude de Nature, les chercheurs dirigés par David Liu, un professeur de chimie à Harvard et membre du Broad Institute, ont réussi à transformer un A en un G. Une telle modification porterait sur environ la moitié des 32 000 mutations connues qui causent la maladie. Pour ce faire, ils ont modifié le CRISPR afin de le diriger sur une seule base. L’outil de modification génétique a été en mesure de réorganiser les atomes dans un A pour qu’il ressemble plutôt à un G. La technique réécrit essentiellement les erreurs dans le code génétique au lieu de couper et de remplacer des pièces entières de l’ADN.

https://www.nature.com/nature/journal/vaap/ncurrent/full/nature24644.html